Wintruck

Logiciel des Transporteurs et des commissionnaires de transports

Wintruck gère l’activité transport du planning à l’analyse des résultats

Le poids exact des conteneurs devra être connu avant embarquement à partir de juillet 2016,

Le groupe français chargé de définir la méthodologie à utiliser est  Piloté par la sous-direction des ports et du transport fluvial du ministère des Transports, ce groupe de travail comprend, outre les chargeurs, l’Association des utilisateurs de transport de fret (AUTF) toutes les professions qui, de près ou de loin, sont concernées par le passage portuaire des conteneurs.

Il est convenu pour l’instant que le poids à déclarer avant embarquement pourra être déterminé soit par pesée du conteneur, soit par addition des poids des différents éléments présents dans le conteneur et de la tare de ce dernier mais chaque État doit définir sa méthode et le risque de divergence est possible.

Trois possibilités de pesagepesee des conteneurs

Outre le pesage « pur et simple » du conteneur chargé, l’AUTF distingue trois autres possibilités pour déterminer le poids total du conteneur chargé (tare comprise) :
D’une part, la pesée de l’ensemble routier amenant le conteneur vide, et celui du même ensemble routier sortant de l’usine ou de l’entrepôt avec le conteneur plein. Par soustraction, on obtient le poids brut marchandise (emballage et calage compris). En y ajoutant la tare du conteneur, on calcule le poids total du conteneur.

D’autre part, la détermination du poids total peut se faire par addition des poids de la marchandise, de son emballage, des matériaux de calage et de la tare. Ces poids seront obtenus de la manière « la plus précise possibles via des systèmes d’information et des données constructeurs », explique l’AUTF. Cette méthode fonctionne pour la « quasi-totalité » des produits manufacturés qui sont, a priori, bien maîtrisés par un processus industriel.

Selon l’enquête menée auprès des chargeurs, le poids net marchandise serait connu à 5% près. Idem pour l’emballage et les matériaux de calage. Sur 20 t au total, cela représente donc une incertitude d’une tonne.

Ferrailles ou vieux emballages

Dernière option, pour les ferrailles ou les vieux emballages, simples exemples, qui sont jetés pêle-mêle dans les conteneurs, il n’y a d’autre choix que de peser la marchandise, puis d’y ajouter les poids des autres matériaux éventuellement présents dans le conteneur ainsi que la tare.

L’AUTF souligne que le chargeur n’a pas de connaissance précise de cette dernière avant que ce conteneur n’arrive en usine. Il est donc de la responsabilité du transporteur maritime de faire connaître suffisamment à l’avance la tare du conteneur qui sera envoyé

Extrait du site « wk-transport-logistique.fr »

 

| Catégorie(s) associée(s) : Non classé

Découvrez l’actualité
des autres solutions

19.12.2019 // WT Mobile & E-CMR

Dans un secteur ou la concurrence est très présente et les marges par voyages faibles, chaques gains en productivité est bon à prendre. En ce sens,la lettre de voiture électronique (eCMR) présente certains avantages, voir des avantages certains. Ce module apporte, de la productivité au gestionnaire et aux conducteurs qui n

Lire la suite de cet article


23.09.2022 // GESTION DES TEMPS PAR PROJETS

Pour suivre la gestion des temps passé sur vos projets, rien de plus simple. 1/ Vous créez le projet que vous attachez à un client 2/ Vous précisez les temps prévus par groupe de tâches 3/ Vos collaborateurs saisissent leurs temps, leurs frais et la base de connaissance (réponse à un problème par exemple) 4/ […] L’article GESTION DES TEMPS PAR PROJET

Lire la suite de cet article


Réalisé par Opteam Interactive